Archives précédentes

Les nouveaux dangers dus aux ondes mobiles

danger des portables Le rapport BioInitiative, réactualisé dans une version 2012, met en évidence de nouveaux dangers pour la santé, notamment cancérigènes, provoqués par les champs électromagnétiques et autres technologies sans fil — comme par exemple les ondes des téléphones portables.
« Il existe une tendance constante d'augmentation du risque de gliome (une tumeur maligne du cerveau) et de névrome acoustique avec l'utilisation de téléphones portables et sans fil », explique le docteur Lennart Hardell, qui a participé au rapport. « Les preuves épidémiologiques indiquent que les radiofréquences devraient être classées commes des substances cancérigènes pour l'homme. Les niveaux de référence et les limites de sécurité publique FCC/IEE et ICNIRP existants ne sont pas adéquats pour protéger la santé publique ».
De nouvelles études indiquent également que le rayonnement des téléphones portables et des ordinateurs portables en WiFi peuvent endommager l'ADN du sperme et ainsi nuire à la fertilité masculine. Ils peuvent également nuire au développement du fœtus chez les femmes enceintes. Enfin, il est également possible que les ondes augmentent le risque et les symptômes de l'autisme.
« Les preuves indiquant des risques pour la santé de milliards de personnes dans le monde sont aujourd'hui beaucoup plus nombreuses. Le statu quo est inacceptable à la lumière des preuves attestant des dommages », indique le docteur David O. Carpenter, co-éditeur du rapport.
Le rapport est disponible dans son intégralité, en anglais, sur le site bioinitiative.org.

Le rapport BioInitiative 2012 émet de nouveaux avertissements

vendredi 4 janvier 2013, 14:49
sur la technologie sans fil et les fréquences électromagnétiques
D'après un nouveau rapport du groupe de travail BioInitiative 2012, les éléments prouvant les risques pour la santé des champs électromagnétiques et des technologies sans fil (rayonnement radioélectrique) sont significativement plus nombreux depuis 2007. Le rapport examine plus de 1 800 nouvelles études scientifiques. Les utilisateurs de téléphones portables, les futurs parents, les jeunes enfants et les femmes enceintes sont particulièrement vulnérables.
" Il existe une tendance constante d'augmentation du risque de gliome (une tumeur maligne du cerveau) et de névrome acoustique avec l'utilisation de téléphones portables et sans fil ", a déclaré Lennart Hardell, Docteur en médecine de l'Université d'Orebro, en Suède. " Les preuves épidémiologiques indiquent que les radiofréquences devraient être classées comme des substances cancérigènes pour l'homme. Les niveaux de référence et les limites de sécurité publique FCC/IEE et ICNIRP existants ne sont pas adéquats pour protéger la santé publique. "
Une douzaine de nouvelles études indiquent que le rayonnement des téléphones portables nuit au sperme. Même dans une poche ou sur une ceinture, un téléphone portable peut nuire à l'ADN du sperme, déformer le sperme et nuire à la fertilité masculine. Les ordinateurs portables dotés de connexions internet sans fil peuvent endommager l'ADN du sperme.
Sur la base de données prouvant une atteinte biologique dans l'autisme, il est plausible que les fréquences électromagnétiques et les radiations radioélectriques augmentent le risque et les symptômes de l'autisme. " Tandis que nous recherchons activement les liens entre les troubles autistiques et les technologies sans fil, nous devrions minimiser les expositions aux technologies sans fil et aux fréquences électromagnétiques pour les personnes souffrant de troubles autistiques, les enfants de tous les âges, les personnes envisageant d'avoir un enfant et pendant la grossesse ", ajoute Martha Herbert, docteur en médecine, doctorante.
Les appareils sans fil, tels que les téléphones et ordinateurs portables utilisés par les femmes enceintes risquent d'altérer le développement cérébral du fœtus. Ceci a été lié à l'hyperactivité et à des problèmes d'apprentissage et du comportement dans des études portant sur des animaux et des humains.
Selon David O. Carpenter, docteur en médecine, coéditeur :
" Les preuves indiquant des risques pour la santé de milliards de personnes dans le monde sont aujourd'hui beaucoup plus nombreuses. Le statu quo est inacceptable à la lumière des preuves attestant des dommages. "
Cette étude recouvre les fréquences électromagnétiques émises par les lignes électriques, le câblage électrique, les appareils et les combinés ; ainsi que les technologies sans fil (téléphones portables et sans fil, stations cellulaires, " compteurs intelligents ", Wi-Fi, ordinateurs portables sans fil, routeurs sans fil, interphones de surveillance pour bébé et autres appareils électroniques). Les aspects sanitaires incluent les dommages à l'ADN et aux gènes, les effets sur la mémoire, l'apprentissage, le comportement, l'attention, les perturbations du sommeil, le cancer et les maladies neurologiques telles que la maladie d'Alzheimer. De nouvelles normes de sécurité sont requises d'urgence pour protéger contre les expositions aux fréquences électromagnétiques et aux technologies sans fil qui font aujourd'hui partie de la vie quotidienne.
Le rapport BioInitiative 2012 est disponible sur : www.bioinitiative.org.
Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.
Groupe de travail BioInitiative
Cindy Sage, (805) 969-0557
info@bioinitiative.org

Une apps qui vous prévient

mardi 18 décembre 2012, 09:10
Une apps pour limiter les niveaux d'exposition aux ondes électromagnétiques, Tawkon
Tawkon, la seule appli mobile qui prévient les utilisateurs de hauts niveaux d'exposition aux ondes électromagnétiques, sans limiter l'utilisation des mobiles. L'application a permis aux utilisateurs de téléphones portables d'éviter 10 millions de minutes de haute exposition. Cette application encourage une utilisation saine des téléphones portables en alertant les utilisateurs de mobiles des pics d'exposition aux ondes auxquelss ils sont soumis lorsque le téléphone est près du corps.
Dans de nombreux cas, lors d'un appel, le téléphone cellulaire en cours d'utilisation fonctionne à faible puissance d'émission, ce qui indique que le téléphone dispose d'une bonne connexion réseau. Cependant, sur envion 10% du temps d'appel, la puissance d'émission du téléphone portable est maximale et se traduit par des niveaux plus élevés d'exposition. Ce sont ces pics élevés d'exposition qui présentent un éventuel risque pour la santé, en particulier lorsque le mobile est placé contre le corps.Tawkon avertit alors l'utilisateur afin qu'il puisse brancher un kit main-libre, activer le haut-parleur ou se déplacer pour se protéger d'une exposition trop grande.
Pour l'instant que sur Googe Play
La Technologie
L'application Tawkon fonctionne en recueillant et en extrayant les mesures internes du téléphone qui offre un aperçu de la puissance émise, le type de réseau, bande GSM, UMTS, CDMA, le canal, le niveau du signal reçu, le modèle de téléphone, et plus encore. Utilisant une technologie en instance de brevet, Tawkon calcule la puissance d'émission du téléphone et donc l'exposition des utilisateurs - le DAS (Débit d'Absorption Spécifique). Le DAS est une mesure universelle normalisée pour caractériser la partie de la puissance radiofréquence émise par le téléphone et absorbée par l'utilisateur.
La technologie de Tawkon a été testée dans un laboratoire de radiofréquences certifié par la FCC à l'aide d'un équipement de mesure spécialement dédié, à la pointe de la technologie.


RETOUR PAGE PRECEDENTE



En France, on va observer l'électromagnétisme des antennes-relai

jeudi 6 décembre 2012, 09:42
Ondes électromagnétiques : un observatoire verra le jour en 2013
ENVIRONNEMENT - Alors que la 4G fait son entrée sur le marché de la téléphonie mobile, l'observatoire Ondesparif va être chargé de mesurer les niveaux d'exposition aux ondes électromagnétiques en Ile-de-France. Julie Nouvion, élue (EELV) de la région, en sera la présidente. Elle répond aux questions de Metro.
Soupçonnées d'être possiblement cancérigènes par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les ondes électromagnétiques sont un sujet hautement polémique. La région a donc décidé de mettre en place un observatoire pour cartographier ces niveaux d'exposition aux ondes sur le territoire francilien. L'Ondesparif constituera un département au sein de Bruitparif, observatoire du bruit en Ile-de-France, présidé par l'élue EELV Julie Nouvion.
Quelle sera exactement la mission d'Ondesparif ?
On voudrait dupliquer ce qui a été fait sur le niveau sonore avec Bruitparif. L'équipe sera la même car nous avons déjà le savoir-faire technique et cela sera moins coûteux. Nous allons d'abord commencer par faire des mesures dans des villes pilotes, comme Paris et Plaine Commune (Seine-Saint-Denis). Le but étant d'avoir un état des lieux précis, comme un cadastre, d'ici trois ou quatre ans. Nous publierons aussi ponctuellement des rapports sur des collectivités.
Comment mesure-t-on les les niveaux d'exposition ?
Le principe est simple : on pose des sondes près d'une antenne-relais pour voir ce qui est émis. L'unité de mesure est le voltmètre. Pour l'instant les seules mesures que nous avons ce sont celles des opérateurs qui font des relevés au niveau de leurs antennes, les mesures faites alentour, 100 mètres plus loin par exemple, ne sont que des hypothèses scientifiques. Nous n'avons pas de chiffres précis.
Cette création fait-elle suite au lancement de la 4G ?
Non, la création de ce département avait été décidée lors des campagnes régionales de 2010 : c'était un engagement de Jean-Paul Huchon (président PS de la région Ile-de-France, ndlr). Nous sommes allés voir des collègues de Bruxelles qui ont déjà ce type d'observatoire. Grâce à leurs relevés, on sait très rapidement s'il est possible de poser ou non une antenne relais à tel ou tel endroit, en accord avec la législation.
Quel sera le financement de ce département ?
Le montage financier n'est pas encore prêt mais la région financera la plus grande partie. Laurence Abeille (élue du Val-de-Marne, ndlr) prépare une proposition de loi sur l'impact sanitaire des ondes électromagnétiques. Dans ce cadre, nous souhaiterions que ce système d'observatoire soit généralisé à l'ensemble des régions et organisé par l'Etat. La taxe que celui-ci récupère auprès des opérateurs téléphoniques pourrait servir au financement par exemple.


Retour page accueil

Le Canada dément la dangerosité de l'électromagnétisme

four à micro-ondes: électromagnétisme? jeudi 29 novembre 2012, 09:37
Les champs électromagnétiques et les radiofréquences non nuisibles à la santé
(Cogeco Nouvelles) - Protégez-vous et l'École Polytechnique de Montréal ont présenté les résultats d'une étude dont les résultats confirment que les champs électromagnétiques et les radiofréquences ne sont pas nuisibles à la santé humaine.
L'étude contient les mesures du rayonnement des ondes électromagnétiques sur des fours à micro-ondes, des moniteurs pour bébé, des routeurs sans fil et bien sûr, sur les controversés compteurs intelligents.
La démarche scientifique conclut que toutes les mesures relevées sont très en deça des normes canadiennes et internationales.
Résultats
En ce qui concerne les domiciles, la mesure ambiante la plus élevée qui a été recueillie était de 0,001 watt par mètre carré, ce qui est 2 000 fois plus faible que la norme canadienne. La moyenne des mesures dans les maisons était de 10 000 fois plus faible que la norme nationale.
Le micro-ondes émet le plus de radiofréquences, mais 155 fois plus faible que la norme.
Les études d'Hydro-Québec en ce qui a trait aux compteurs intelligents sont corroborées : à un mètre de distance de l'appareil, la puissance maximale des ondes est de 2 500 fois plus faible que le maximum établi.
En ce qui concerne les lieux publics, la mesure la plus élevée a été recueillie au sommet du Mont-Royal, à 25 mètres de la base de l'antenne FM. La mesure est 16 fois plus faible que la limite canadienne.
8 produits vendus comme protégeant des radiofréquences ont aussi été testés. Ils relèvent soit de l'ésotérisme, soit de l'arnaque.
http://www.985fm.ca/national/nouvelles/les-champs-electromagnetiques-et-les-radiofrequenc-190572.html

Des médecins demandent une loi sur l'implantation des antennes-relais

mardi 2 octobre 2012, 14:30
Après quatre ans de travail sur le sujet, ils appellent à la prudence et interpellent les élus...
Leur demande a été formulée dans une lettre ouverte. Publiée mercredi sur le site de l'association Santé environnement France (Asef), qui regrouperait 2.500 médecins, elle vise à interpeller les députés et sénateurs sur la question des antennes-relais, rapporte Le Progrès ce mardi.
Sans vouloir "trancher la question scientifique, ni interdire les antennes-relais", l'association considère cependant que, "si elles (les antennes-relais) présentent un risque, il faut qu'il y ait une véritable égalité face au risque".

"L'anarchie qui règne"
Aussi, l'Asef préconise l'adoption d'une loi sur l'implantation de ces antennes. Une loi qui serait selon elle la démonstration que l'Etat est le véritable garant de l'égalité de ses citoyens. Car c'est aujourd'hui "l'anarchie qui règne", estime l'association, notamment parce qu'"une antenne-relais ne peut être implantée que si les propriétaires d'un immeuble l'acceptent à l'unanimité selon un arrêt daté du 7 avril 2005".
Un arrêt qui "ne concède donc aucun droit aux locataires et qui explique pourquoi les HLM voient fleurir sur leurs toits des forêts d'antennes-relais", détaille l'Asef.

Mesures urgentes à prendre
Afin de fournir "un socle à une éventuelle future proposition de loi", l'association met à disposition un document synthétisant quelques pages de leurs travaux et propositions. Elle liste également trois principales mesures urgentes à prendre.
Notamment l'instauration d'une autorité publique de régulation chargée de gérer l'installation des antennes, le classement de certains lieux en zone protégée (école), et enfin l'adoption d'un code d'émission comme il existe un code de la route.
En mai 2011, les ondes électromagnétiques, émises notamment par les antennes-relais, avaient été classées comme "peut-être cancérigènes" par l'Organisation Mondiale de la Santé, rappelle l'Asef.

Hypersensibilité aux ondes électromagnétiques:

vendredi 28 septembre 2012, 09:17
la science n'a pas d'explications
PARIS - La recherche scientifique foisonne sur les effets des ondes électromagnétiques produits par la téléphonie mobile ou les systèmes Wi-fi, mais ne trouve toujours pas d'explication convaincante au syndrome d'intolérance aux champs électromagnétiques. Maux de tête, troubles de la concentration, vertiges, sifflements dans les oreilles: "un pourcentage non négligeable de la population se plaint de symptômes qu'elle relie à l'exposition aux champs électromagnétiques", souligne Gérard Lasfargues, de l'agence de sécurité sanitaire Anses.
Mais "d'un point de vue scientifique on n'a pas mis en évidence les mécanismes physiologiques de ce syndrome", indique ce médecin, qui est directeur général adjoint scientifique de l'agence.
Un colloque sur les ondes électromagnétiques et la santé, organisé par l'Anses, témoigne pourtant de la vitalité de la recherche dans le domaine: étude sur les rayonnements émis par les portables sur la "mémorisation et l'attention des rats", sur l'effet du Wi-fi sur de jeunes rongeurs, ou sur le lien éventuel entre tumeurs cérébrales chez l'enfant/adolescent et l'usage de portable (étude internationale en cours Mobi-Kids).
Neurologue de l'Inserm (Toulouse), Jean-Pierre Marc-Vergnes explore pour sa part l'hypothèse d'une relation entre le syndrome d'hypersensibilité aux ondes et un "dysfonctionnement du système sensitif" des malades.
"Je veux voir si ces gens ont un hyperfonctionnement de leur système sensitif, si c'est spécifique à eux, et les comparer à ceux qui se plaignent d'une hypersensibilité aux odeurs chimiques", explique-t-il. Ses travaux, financés par l'Anses, débuteront en janvier.
"Il faut continuer à faire des études pour notamment mieux caractériser les expositions et voir si certains paramètres, aujourd'hui non analysés, seraient en relation avec les symptômes dont se plaignent les électro-hypersensibles", explique Gérard Lasfargues.
L'Anses a fait de ce thème une "priorité" avec, en particulier, la mise en place en 2011 d'un Comité de dialogue "Radiofréquence et santé" réunissant associations de malades et opérateurs télécoms, explique le directeur de l'Agence, Marc Mortureux.
Plusieurs méta-analyses - rapprochement d'études sur des sujets proches - ont montré que les électrosensibles ne sont pas plus capables que le reste de la population de savoir s'ils sont exposés ou non, aux ondes des antennes-relais par exemple.
En revanche, des méta-analyses plus récentes "ont montré des liens plus robustes entre le fait de percevoir qu'on est exposé et la perception des symptômes de maux de tête, vertiges et acouphènes", associés à l'électrosensibilité, selon M. Lasfargues.
"Nous ne sommes pas là pour nier ou non la réalité de ce syndrome. Il y a des gens en souffrance, avec des conséquences importantes sur leur vie sociale et professionnelle (...). Ce qui nous importe c'est que les recherches soient pertinentes et que les préoccupations des malades soient prises en compte dans les recherches", explique-t-il.
C'est d'autant plus important que "beaucoup de charlatanisme se développe pour la prise en charge de ces patients", ajoute-t-il. En outre les études scientifiques sont régulièrement rejetées par des malades qui jugent que leur maladie n'est pas correctement étudiée.
Le Dr Marc-Vergnes observe: "Pendant 40 ans j'ai vu en consultation de neurologie des personnes tout à fait comparables à ces patients (électro-hypersensibles, ndlr) qu'on ne savait pas étiqueter".
http://fr.canoe.ca/techno/materiel/mobiles/archives/2012/09/20120926-111450.html

Ondes électromagnétiques : leurs vrais effets sur la santé

Nombreuses idées reçues et rumeurs circulent sur les radiofréquences, ces ondes électromagnétiques à la base des communications sans fil. Pour faire la lumière sur le sujet, René de Sèze, directeur de recherche à l'INERIS (Institut National de l'Environnement Industriel et des Risques), a mené une étude sur les effets des radiofréquences sur la mémorisation et l'attention chez le rat et fait le point, sur les connaissances actuelles.
A l'occasion de la journée de présentation des projets de recherche sur les radiofréquences mardi 25 septembre, l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire alimentation, environnement, travail) a fait un point sur les réels effets de ces ondes électromagnétiques, base des communications sans fil, qui nous tournent autour, un peu plus nombreuses chaque jour.
Quelles sont les conclusions de votre étude ?
René de Sèze : En observant les effets sur le cerveau de rats, d'expositions répétées à des ondes de niveau dix fois supérieur aux limites imposées actuellement, nous avons constaté que les protéines inflammatoires du cerveau s'activaient mais que la mémoire et l'apprentissage n'étaient en aucun cas touchés. En revanche, avec ces taux dix fois supérieurs, il y a une diminution de l'attention qui s'améliore quand les tests se font avec seulement des niveaux trois fois supérieurs à ceux autorisés aujourd'hui. Ainsi, nous n'avons trouvé aucun lien entre l'augmentation des cas de cancer dans les zones d'exposition. Les niveaux d'exposition autorisés aujourd'hui, pour les téléphones portables par exemple, sont suffisamment bas pour que nous ne trouvions aucun changement dans la mémoire, l'apprentissage et même l'attention.
Où en sont les études sur les effets des ondes électromagnétiques sur les enfants et sur les sujets hypersensibles ?
R. S. : L'étude épidémiologique, baptisée Mobi-Kids, qui devrait être achevée d'ici 2 ans, permettra de connaître les effets des radiofréquences sur des sujets en cours de formation (les enfants, ndlr). Celle effectuée sur des rates et des souris exposées aux ondes des Wifi pendant la gestation a aussi conclu qu'il n'y avait aucun effet néfaste que ce soit sur le développement ou sur la morphologie pour des sujets exposés in utero. La thématique de l'hypersensibilité électromagnétique fait quant à elle l'objet de recherches de plus en plus poussées. La prise en considération de ces pathologies est importante puisque l'hypersensibilité aux ondes est un syndrome médicalement inexpliqué. Une étude clinique a été mise en place pour rechercher d'éventuelles perturbations physiologiques chez les patients hypersensibles.
Concrètement, à qui les résultats de vos études sont-ils destinés ?
R. S. : Grâce au nouveau mode de financement de la recherche sur les radiofréquences – une taxe mise en place en 2011 –, l'Anses doit désormais assurer une veille bibliographique avec une mise à jour annuelle des rapports. Elle collabore également avec des associations qui militent sur le sujet des radiofréquences (le plus souvent pour leur diminution, voire leur suppression pure et simple) au travers de comités de dialogue organisés avec des experts du sujet.


RETOUR PAGE PRECEDENTE


Retour page d'accueil



Hypersensibilité aux ondes électromagnétiques:

vendredi 28 septembre 2012, 09:17
la science n'a pas d'explications
PARIS - La recherche scientifique foisonne sur les effets des ondes électromagnétiques produits par la téléphonie mobile ou les systèmes Wi-fi, mais ne trouve toujours pas d'explication convaincante au syndrome d'intolérance aux champs électromagnétiques. Maux de tête, troubles de la concentration, vertiges, sifflements dans les oreilles: "un pourcentage non négligeable de la population se plaint de symptômes qu'elle relie à l'exposition aux champs électromagnétiques", souligne Gérard Lasfargues, de l'agence de sécurité sanitaire Anses.
Mais "d'un point de vue scientifique on n'a pas mis en évidence les mécanismes physiologiques de ce syndrome", indique ce médecin, qui est directeur général adjoint scientifique de l'agence.
Un colloque sur les ondes électromagnétiques et la santé, organisé par l'Anses, témoigne pourtant de la vitalité de la recherche dans le domaine: étude sur les rayonnements émis par les portables sur la "mémorisation et l'attention des rats", sur l'effet du Wi-fi sur de jeunes rongeurs, ou sur le lien éventuel entre tumeurs cérébrales chez l'enfant/adolescent et l'usage de portable (étude internationale en cours Mobi-Kids).
Neurologue de l'Inserm (Toulouse), Jean-Pierre Marc-Vergnes explore pour sa part l'hypothèse d'une relation entre le syndrome d'hypersensibilité aux ondes et un "dysfonctionnement du système sensitif" des malades.
"Je veux voir si ces gens ont un hyperfonctionnement de leur système sensitif, si c'est spécifique à eux, et les comparer à ceux qui se plaignent d'une hypersensibilité aux odeurs chimiques", explique-t-il. Ses travaux, financés par l'Anses, débuteront en janvier.
"Il faut continuer à faire des études pour notamment mieux caractériser les expositions et voir si certains paramètres, aujourd'hui non analysés, seraient en relation avec les symptômes dont se plaignent les électro-hypersensibles", explique Gérard Lasfargues.
L'Anses a fait de ce thème une "priorité" avec, en particulier, la mise en place en 2011 d'un Comité de dialogue "Radiofréquence et santé" réunissant associations de malades et opérateurs télécoms, explique le directeur de l'Agence, Marc Mortureux.
Plusieurs méta-analyses - rapprochement d'études sur des sujets proches - ont montré que les électrosensibles ne sont pas plus capables que le reste de la population de savoir s'ils sont exposés ou non, aux ondes des antennes-relais par exemple.
En revanche, des méta-analyses plus récentes "ont montré des liens plus robustes entre le fait de percevoir qu'on est exposé et la perception des symptômes de maux de tête, vertiges et acouphènes", associés à l'électrosensibilité, selon M. Lasfargues.
"Nous ne sommes pas là pour nier ou non la réalité de ce syndrome. Il y a des gens en souffrance, avec des conséquences importantes sur leur vie sociale et professionnelle (...). Ce qui nous importe c'est que les recherches soient pertinentes et que les préoccupations des malades soient prises en compte dans les recherches", explique-t-il.
C'est d'autant plus important que "beaucoup de charlatanisme se développe pour la prise en charge de ces patients", ajoute-t-il. En outre les études scientifiques sont régulièrement rejetées par des malades qui jugent que leur maladie n'est pas correctement étudiée.
Le Dr Marc-Vergnes observe: "Pendant 40 ans j'ai vu en consultation de neurologie des personnes tout à fait comparables à ces patients (électro-hypersensibles, ndlr) qu'on ne savait pas étiqueter".
http://fr.canoe.ca/techno/materiel/mobiles/archives/2012/09/20120926-111450.html

Ondes électromagnétiques : leurs vrais effets sur la santé

Nombreuses idées reçues et rumeurs circulent sur les radiofréquences, ces ondes électromagnétiques à la base des communications sans fil. Pour faire la lumière sur le sujet, René de Sèze, directeur de recherche à l'INERIS (Institut National de l'Environnement Industriel et des Risques), a mené une étude sur les effets des radiofréquences sur la mémorisation et l'attention chez le rat et fait le point, sur les connaissances actuelles.
A l'occasion de la journée de présentation des projets de recherche sur les radiofréquences mardi 25 septembre, l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire alimentation, environnement, travail) a fait un point sur les réels effets de ces ondes électromagnétiques, base des communications sans fil, qui nous tournent autour, un peu plus nombreuses chaque jour.
Quelles sont les conclusions de votre étude ?
René de Sèze : En observant les effets sur le cerveau de rats, d'expositions répétées à des ondes de niveau dix fois supérieur aux limites imposées actuellement, nous avons constaté que les protéines inflammatoires du cerveau s'activaient mais que la mémoire et l'apprentissage n'étaient en aucun cas touchés. En revanche, avec ces taux dix fois supérieurs, il y a une diminution de l'attention qui s'améliore quand les tests se font avec seulement des niveaux trois fois supérieurs à ceux autorisés aujourd'hui. Ainsi, nous n'avons trouvé aucun lien entre l'augmentation des cas de cancer dans les zones d'exposition. Les niveaux d'exposition autorisés aujourd'hui, pour les téléphones portables par exemple, sont suffisamment bas pour que nous ne trouvions aucun changement dans la mémoire, l'apprentissage et même l'attention.
Où en sont les études sur les effets des ondes électromagnétiques sur les enfants et sur les sujets hypersensibles ?
R. S. : L'étude épidémiologique, baptisée Mobi-Kids, qui devrait être achevée d'ici 2 ans, permettra de connaître les effets des radiofréquences sur des sujets en cours de formation (les enfants, ndlr). Celle effectuée sur des rates et des souris exposées aux ondes des Wifi pendant la gestation a aussi conclu qu'il n'y avait aucun effet néfaste que ce soit sur le développement ou sur la morphologie pour des sujets exposés in utero. La thématique de l'hypersensibilité électromagnétique fait quant à elle l'objet de recherches de plus en plus poussées. La prise en considération de ces pathologies est importante puisque l'hypersensibilité aux ondes est un syndrome médicalement inexpliqué. Une étude clinique a été mise en place pour rechercher d'éventuelles perturbations physiologiques chez les patients hypersensibles.
Concrètement, à qui les résultats de vos études sont-ils destinés ?
R. S. : Grâce au nouveau mode de financement de la recherche sur les radiofréquences – une taxe mise en place en 2011 –, l'Anses doit désormais assurer une veille bibliographique avec une mise à jour annuelle des rapports. Elle collabore également avec des associations qui militent sur le sujet des radiofréquences (le plus souvent pour leur diminution, voire leur suppression pure et simple) au travers de comités de dialogue organisés avec des experts du sujet.


RETOUR PAGE PRECEDENTE


Retour page d'accueil

Des apparitions

Halo sur la mer jeudi 2 août 2012, 11:07
Avez-vous entendu parler de la ville de Zeitoun?
Ville défavorisée près du Caire, en Égypte, où, le 2 avril 1968, d'étranges lumières sont apparues près de l'église orthodoxe copte Sainte-Marie. Les lumières sont revenues irrégulièrement durant une période d'environ trois ans. Selon des témoins, elles pouvaient durer de quelques minutes à quelques heures. On les a vues pour la dernière fois en 1971. Des centaines de milliers de personnes se sont rendues en pèlerinage à Zeitoun pour les voir. On a érigé une cathédrale à l'endroit des apparitions, et les touristes continuent d'affluer, même si le phénomène a disparu dans la nuit égyptienne.
Bien des témoins oculaires ont carrément affirmé que les lumières étaient en fait d'une apparition de la Vierge Marie, mère de Jésus. Des récits de guérisons miraculeuses et autres merveilles associées à Zeitoun abondent, sans que l'endroit n'atteigne la popularité de Lourdes comme destination des marianophiles.
Selon le parapsychologue D. Scott Rogo, auteur de Miracles, a Parascientific Inquiry into Wondrous Phenomena, les récits de fanatiques religieux qui voient leurs saints de prédilection dans des phénomènes lumineux vagues et ambigus ne sont pas des exemples de paréidolie, mais plutôt «la plus grande preuve jamais obtenue de l'existence du miraculeux» (p. 256) [cité par Joe Nickell dans Looking For A Miracle: Weeping Icons, Relics, Stigmata, Visions and Healing Cures (Prometheus Books, 1993)].
Si Rogo a raison, et si les témoignages oculaires d'enthousiastes conditionnés par un long endoctrinement religieux, et victimes d'une imagination débordante constituent la meilleure preuve qui soit au sujet des miracles, on peut sans crainte nier leur existence. À l'instar du philosophe belge Étienne Vermeersch, on peut se demander pourquoi des créatures célestes aussi puissantes, capables d'apparaître à leur guise n'importe où au monde, n'ont pas produit un seul petit miracle clair et non ambigu, faire repousser un membre amputé par exemple. Et sait-on quel est le nombre de personnes qui meurent ou se blessent gravement en se rendant à des endroits comme Zeitoun?
Certains anthropologues pensent que la popularité de Marie en Égypte serait un vestige du culte d'Isis, lui-même une forme de vénération de l'ancienne déesse mère. Les apparitions de la Vierge pourraient compter au nombre des contributions du paganisme au mysticisme monothéiste.
Mais pourquoi Zeitoun? D'après certains, il s'agit de l'endroit où Joseph et Marie se sont réfugiés avec le divin enfant lorsqu'ils ont appris que le roi Hérode avait ordonné ce qu'on appelle maintenant le Massacre des Innocents (Nickell 1993, p. 185). (Quelques voyages organisés prévoient un arrêt à Zeitoun pour permettre aux touristes de suivre les pas de la Sainte Famille.) Il y a sans doute d'autres légendes qui pourraient expliquer la chose, de même que bien d'autres comportements particuliers de la part de croyants zélés.
D'autres auteurs ont remis les apparitions de la Vierge en contexte. Elle est venue au cours d'une période de crise dans l'histoire égyptienne, après que la guerre de 1967 a grandement modifié le message panarabe lancé par Nasser. Le retour de Marie a coïncidé avec celui du voile, de la barbe et d'autres signes d'une renaissance islamiste. Elle a contribué à renforcer la domination du religieux sur le laïc.
Ce qu'elle n'a pas fait, en tous cas, c'est donner à ceux qui la vénèrent le désir de trouver la cause des fameuses lumières. Les fidèles ont immédiatement conclu qu'il s'agissait d'une apparition de la Sainte Vierge Marie, même si la chose ne leur a été communiquée d'aucune façon. Les fidèles ont vu ce qu'ils voulaient bien voir, et leur perception a été conditionnée par des croyances acquises. Si les lumières signalaient l'apparition d'un être quelconque, ça aurait aussi bien pu être Isis, Aphrodite, ou la grand-mère de Nasser.
D'autre part, il y avait peut-être un phénomène naturel à l'origine des lumières, ou alors, une intervention humaine quelconque. Certains enquêteurs privilégient l'hypothèse des lumières séismiques. Des phénomènes lumineux ont en effet été associés aux contraintes tectoniques, et l'activité séismique de la région de Zeitoun a décuplé durant la période d'apparition des lumières. (Michael Persinger est l'un des plus ardents défenseurs de l'«hypothèse que la plupart des phénomènes lumineux anormaux (liés à la géographie locale) sont générés par des facteurs associés aux contraintes tectoniques.»)
Pour davantage de renseignements à propos des lumières séismiques, voir Nickell 1993, ainsi que Mysteries of the Unexplained, 1993). On ne sait pas ce qui a causé les lumières de Zeitoun, mais l'idée qu'il s'agissait de l'esprit d'une vierge ayant donné naissance à un dieu il y a 2000 ans doit figurer loin en bas de la liste de ce qui est plausible.
Pourquoi cette note? Parce que je suis stupéfaite par les diverses divines apparitions de la dame: sacré don d'ubiquité. En tous cas, elle n'est pas raciste, enfin, je veux dire elle n'est pas sectaire comme les curés de Lourdes qui ne reconnaissent que les miracles des gens baptisés. Je me souviens avoir vu à la télé un reportage sur les catacombes de Rome où un monsieur et son fils avaient vu l'apparition de la Vierge. Enfin, ils pensaient que c'était cette femme. Ils n'avaient pas de culture catholique. Mais, le fait d'habiter Rome, la ville du Pape, ils pouvaient ne pas passer à côté de la description de Marie. Alors, ils en ont parlé autour d'eux autant qu'ils ont pu; mais cela n'a ému personne. Ils n'ont pas pu moyenner leur découverte. Les pauvres, ils sont restés pauvres!
Et pourquoi personne n'a cru qu'ils ont vu la Marie? Tout simplement parce qu'il s'agissait de deux personnes de confession musulmane. Dieu ne reconnait que les siens, c'est bien connu!



RETOUR PAGE PRECEDENTE

Arnaques ...

jeudi 12 juillet 2012, 23:13
Ondes électromagnétiques, le bon business de la protection
Contre l'électropollution, les offres d'appareils et gadgets voués à sa détection pullulent. Encore faudrait-il que leur efficacité soit prouvée.
La phobie des ondes électromagnétiques propagées par les antennes-relais, les téléphones portables, les Wi-Fi ou encore les fours à micro-ondes, a créé un marché florissant.
Une rapide visite sur Internet permet de découvrir en quelques clics un invraisemblable bric-à-brac d'appareils et de produits destinés à détecter "l'électropollution" ou "l'électrosmog" et à s'en protéger. C'est ainsi qu'une grande marque de produits cosmétiques vante les mérites de son spray anti-ondes censé protéger la peau d'un vieillissement accéléré.
D'autres proposent, pour une dizaine d'euros, un patch à coller sur son téléphone portable pour chasser les ondes délétères. Il y a aussi la casquette "blindée" anti-ondes qui présente au moins l'avantage de se prémunir contre l'insolation (les rayons UV sont, eux, réellement cancérigènes…). Sauf qu'il vous en coûtera 60 €. Et que dire du papier peint, des revêtements de fenêtre et même des draps anti-ondes vendus eux aussi à prix d'or. Sans oublier les fameux "oscillateurs magnétiques de compensation" et les détecteurs d'électricité "sale" ou de "champs bande large" (jusqu'à 695 € !).
Certes, il serait mesquin de compter quand sa santé ou celle de ses proches est en jeu. Sauf que "l'efficacité de ces produits n'est pas démontrée", écrit l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement (Afsset) dans les conclusions de son expertise collective en demandant que "l'efficacité des dispositifs "anti-ondes" soit évaluée et portée à la connaissance du public". Il serait temps.
Retour page d'accueil

Bon à savoir et à retenir

lundi 21 mai 2012, 00:14
Radiofréquences: vers une interdiction du mobile à l'école primaire
La table ronde sur les radiofréquences, qui a réunit le 26.05.2009 le gouvernement, associations et opérateurs de téléphonie mobile, a retenu lundi 25 mai dix points pour limiter l'impact des ondes sur la santé, dont l'interdiction de l'usage du téléphone portable à l'école primaire. Autre mesure de ce "Grenelle des ondes", la proposition d'une offre de SMS exclusive sans service voix.
Cet ensemble de mesures, qui se décline en dix points, vise d'abord à informer le grand public. Un portail Internet sera mis à disposition des Français, sur les sites des ministères concernés. Une campagne d'information sera organisée après la remise de l'avis de l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset).
Deuxième point, une information ciblée sera mise à disposition des élus locaux et des professionnels de la santé. Ces deux catégories professionnelles seront particulièrement informées, pour permettre respectivement à leurs administrés et à leurs patients de se maintenir en bonne santé sur ce point.
Les personnes hypersensibles seront prises en charge, notamment par les équipes de l'hôpital Cochin, à Paris. Concernant les précautions prises par le grand public, la mise au point par les opérateurs téléphoniques de téléphones permettant l'utilisation exclusive de l'oreillette, ou du "kit mains libres", sera encouragée.
Les dix recommandations visent aussi l'usage du téléphone portable chez les enfants, comme la proposition d'une offre de SMS exclusive sans service voix, ou celle interdisant aux enfants le droit d'utiliser des téléphones portables dans l'enceinte des écoles primaires. Actuellement, l'interdiction du téléphone portable dans les écoles primaires est du ressort du chef d'établissement.
Ces dispositions viennent s'ajouter à celles ayant déjà été prises lors de la loi dite "Grenelle 2", à savoir l'interdiction de la publicité portant sur ces produits à destination d'enfants de moins de 12 ans, et l'obligation de fournir un kit "mains libres". La ministre peut également interdire tout terminal radioélectrique destiné aux enfants de moins de 6 ans.
Les seuils d'exposition des radiofréquences seront par ailleurs calculés. Le dispositif de contrôle des expositions sera rénové. L'agence nationale des fréquences deviendra à ce titre une véritable "agence de sécurité des fréquences", habilitée à mesurer les radiofréquences, à la demande des opérateurs, des citoyens ou des élus.
Les citoyens pourraient d'ailleurs mesurer le niveau d'exposition des lieux de vie ou de travail eux-mêmes, selon une disposition qui reste à établir. Des bornes publiques de mesure en continu du champ électromagnétique sont aussi à l'étude.
Les opérateurs voulant installer des bornes Wi-Fi devront désormais adresser une demande au maire au moins 3 mois avant le début de l'installation. Cette demande, sous forme de dossier, accessible au public, comprendra des informations précises sur la localisation précise des installations, ainsi que les mesures d'impact.
Une redevance sera versée aux opérateurs, pour soutenir financièrement la recherche. Enfin, la table ronde sera prolongée, après la publication du rapport de l'Afsset, pour assurer un suivi de ces actions

Paratonnerres radio-actifs

samedi 12 mai 2012, 15:12
Vous avez dit radioactif?
Les paratonnerres protègent les bâtiments des effets destructeurs de la foudre en drainant son énergie vers la terre. Ils seraient plus efficaces quand l'air qui environne leur pointe est fortement ionisé.
Au début du XXe siècle, la technique d'ionisation sensée augmenter la conductivité de l'air consistait a annexer aux paratonnerres des éléments radioactifs tels que le radium 226 puis l'américium 241. Ce n'est qu'au cours des années 1970-1980, les technologies électroniques ayant pris le relais, que l'on eut conscience de la dangerosité du procédé initial.
Des centaines de milliers dans le monde ?
A lui seul, entre 1936 et 1986, un fabricant français de paratonnerres aurait fabriqué plus de 230.000 parads qui ont été vendus dans le monde entier, notamment aux ex colonies françaises. Selon nos sources1-2, tous modèles confondus, il en resterait  entre 30 et 40.000 dans l'Hexagone, certains ayant près de 80 ans. Mais leur nombre et  leur emplacement reste encore imprécis.
Un bémol cependant: bien qu'il y en ait beaucoup, beaucoup trop, les premiers résultats de l'inventaire en cours montrent qu'il y en a sans doute moins que ce qu'estiment les experts. En revanche, les quelques dizaines de milliers qui restent se dégradent avec le temps. Nous avons constaté que certains ont perdu des radioéléments qui traînent sur les toits, à même le sol ou dans les réseaux d'eau pluviale. Plus grave, les sources radioactives — en principe scellées — peuvent aboutir dans un cartable d'écolier – c'est arrivé en Belgique après les tempêtes de 1999 – sur un bureau, comme porte-trombone, ou mis en vente sur Internet!
Sources orphelines à vie longue
Selon les administrations, les associations, les scientifiques et les industriels concernés, les radionucléides qu'ils contiennent sont cancérigènes et mutagènes. Pour les qualifier, ils se disputent deux vocables. Le premier, « FA-VL », est un sigle sèchement explicite qui désigne les déchets radioactifs de Faible-Activité à Vie-Longue. Euphémique, le second inspire la pitié: « Sources orphelines ». Il n'empêche, ces nocives orphelines sont nombreuses, dispersées et vieillissantes. L'inventaire, contribuera à sa façon a débarrasser la planète de cet héritage insidieux.
Nocifs pendant des milliers d'années
Les autorités assurent cependant qu'ils ne présentent pas de danger là où ils se trouvent, haut perchés …s'ils sont en bon état. Elles admettent quand même qu'ils resteront nocifs pendant des milliers d'années. Par exemple, la « période » du radium 226 est de 1.602 ans, soit le temps nécessaire pour que sa radioactivité diminue de moitié. Ces radioéléments se nichent sur les clochers, les immeubles d'habitation collectifs et privatifs, les fermes et les coopératives, les phares, les gares, les bâtiments administratifs, les cheminées d'usines, les châteaux; mais aussi, les hôpitaux, les écoles et finalement parfois, en déchetteries ou dans la nature.
Un risque ignoré
Trop souvent, les élus et ceux qui possèdent ces appareils ne savent rien d'eux. De même, les personnes qui par métier circulent sur les toits: charpentiers, couvreurs, poseurs d'antennes; et même des pompiers, bien que des Services départementaux d'incendie et de secours (Sdis) aient édité des fiches de procédure opérationnelle. Autrement dit, rares sont les personnes conscientes des risques. Sans compter certaines entreprises qui les connaissent mais qui ne respectent pas la réglementation
Mission impossible?
En 2006, un fonctionnaire chargé de suivre le dossier déplorait qu'un inventaire relève de la mission impossible. Preuve est apportée qu'avec la mobilisation des internautes c'est devenu faisable. Cependant,  le site de stockage des FA-VL n'est pas encore opérationnel. Un retard qui explique que la dépose n'est obligatoire que pour les installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE).
lire l'excellent site: Inventaire national des paratonnerres radioactifs, d'utilité publique
et bonne chasse aux paratonnerres radioactifs oubliés sur les toits de divers monuments, dont des écoles.

http://www.paratonnerres-radioactifs.fr/

Exposition professionnelle

mercredi 9 mai 2012, 15:15
Exposition aux champs électromagnétiques, un arrêté qui avance… 
À ce jour, il n'existe pas dans le Code du travail de dispositions spécifiques à la prévention des risques d'exposition professionnelle aux champs électromagnétiques. Une directive européenne (2004/40/CE ), rédigée en 2004, fixe les taux d'exposition maximum pour les travailleurs, toutefois le délai de transposition de cette directive a été repoussé au 31 octobre 2013.
Depuis la publication en 2002 d'un décret fixant les valeurs limites d'exposition du public aux champs électromagnétiques émis par les réseaux de télécommunications et les installations radioélectriques et la publication de ces résultats par l'Agence Nationale des Fréquences  (ANFR), la réglementation avait peu évolué.
Les valeurs limites d'exposition fixées par la réglementation française, de 41 à 61 V/m, sont plus exigeantes que celles proposées dans la directive 2004/40. Elles ont été calquées sur celles suggérées par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour protéger la population d'un éventuel échauffement des tissus qui composent le corps humain.
Elles n'ont pas été révisée depuis 2002 mais la publication récente d'une résolution  votée le 27 mai 2011 par le conseil de l'Europe et préconisant de "fixer un seuil de prévention pour les niveaux d'exposition à long terme aux micro-ondes en intérieur, conformément au principe de précaution, ne dépassant par 0,6 volt par mètre, et de le ramener à moyen terme à 0,2 volt par mètre" pourrait amener les pouvoirs publics à revoir leur copie.
En effet, depuis plus de 10 ans, et avec le déploiement sur le marché, à une très grande échelle, de nouvelles technologies de télécommunication comme les réseaux de troisième génération (3G), les GPS ou le Wifi, l'inquiétude des utilisateurs, des riverains et des maîtres d'ouvrages, vis-à-vis de ce type d'installations et du risque sanitaire qui pourrait leur être associé, n'a cessé de grandir.
A l'occasion du Grenelle de l'Environnement, le débat sur l'exposition aux champs électromagnétiques a été relancé par des associations de défense des consommateurs. Ce " Grenelle des ondes " a donné lieu a la publication d'un rapport portant sur dix propositions qui ont ensuite été reprises dans le projet de loi Grenelle I.
Outres les propositions visant à mieux encadrer l'utilisation des téléphones mobiles, en particulier par les enfants, l'un des engagements du Grenelle était de mettre en place d'un dispositif de surveillance et de mesure des ondes électromagnétiques émises par les lignes électriques hautes et très hautes tensions.
Après la publication du décret d'application en décembre 2011 , pour la mise en application de la loi il restait à définir les méthodologies à respecter pour élaborer ce plan de contrôle. Un projet d'arrêté  a été soumis à la consultation du public en mars, il devrait bientôt être publié.
Cette nouvelle réglementation s'applique pour tous les gestionnaires de réseau public de transports d'électricité comme Erdf, certaines collectivités, la Sncf ou la Ratp et les oblige à mettre en place des mesures de contrôle et à en publier les résultats avant le 1er juillet 2013 pour toutes nouvelles installations et pour celles subissant des modifications.
L'arrêté définit la méthodologie à respecter, le protocole de mesures, les valeurs limites du champ électromagnétique qui ne doivent pas être dépassées et enfin les cas où une ligne électrique peut être dispensée de contrôles. Ce document précise également l'échelonnement dans le temps des contrôles à effectuer. Le contrôle de l'ensemble des lignes existantes devra être achevé pour le 31 décembre 2017.
Ainsi, dans chaque commune et dans chaque arrondissement à Paris, Lyon et Marseille, les lignes aériennes de tension et les lignes souterraines feront l'objet d'une surveillance sur un périmètre compris entre 30 et  200 mètres si à l'intérieur de ce périmètre, on retrouve des zones habitables ou fréquentées régulièrement par le public : habitations, bureaux, places publiques et zones piétonnières, aires de sport, parcs et jardins, etc.
Le protocole de mesure de la décroissance du champ magnétique devra être conforme à la norme UTE C-99-132.  Les lignes à 225 kV, 150 kV, 90 kV et 63 kV pour lesquelles l'intensité maximale est inférieure ou égale à 400 ampères et les lignes souterraines en technique " câbles à huile en tuyau d'acier ", dites " câbles oléostatiques " seront dispensées de contrôle.
Les résultats seront publiés dans les bases de données de l'ANFR alimentées par tous les opérateurs d'émetteurs radio, publics ou privés et par les gestionnaires de réseau de transports d'électricité, en particulier sur le site Cartoradio où les données sont présentées sous forme de cartes et de fiches synthétiques. 

Le WiFi pourrait nuire aux spermatozoïdes

Danger du portable08/05/2012
L'utilisation d'ordinateurs portables reliés au WiFi pourrait porter atteinte à la santé des spermatozoïdes, c'est ce qu'avance une étude publiée la semaine dernière dans la revue Fertility and Sterility.
Des chercheurs (Ecole de médecine de Virginie-Orientale) et argentins (Centre de médecine reproductrice Nascentis de Cordoba) ont déposé un échantillon de sperme sain à proximité d'un ordinateur portable en téléchargement. Après quatre heures, un quart des spermatozoïdes n'était plus mobiles, alors que seulement 14% des spermatozoïdes du groupe témoin, loin de l'ordinateur, s'étaient arrêtés de bouger. De plus, 9% des gamètes mâles à proximité de l'ordinateur enregistraient des lésions de leur ADN, c'est trois fois plus que pour le groupe témoin.
Les scientifiques incriminent les radiations électromagnétiques de l'internet sans fil, mais pondèrent leurs résultats en expliquant qu'ils ne sont pas définitifs et que de plus amples recherches sont nécessaires.
Au cours d'une autre étude publiée dans la même revue, des chercheurs américains avaient placé des capteurs de température sur le scrotum de 29 hommes en bonne santé. Après 10 à 15 minutes de travail avec leur ordinateur portable sur les genoux, la température avait augmenté à un tel niveau qu'elle était susceptible de nuire à la production de spermatozoïdes. Des résultats comparables à ceux observés avec le rayonnement électromagnétique caractéristique des téléphones portables.
Pour une production optimale, les testicules doivent rester frais, à un ou deux degrés en dessous de la température corporelle. L'utilisation d'un laptop peut entraîner une hausse de leur température de 2,5°C en une heure, selon l'étude.
La meilleure manière de palier à ce problème est d'utiliser un bureau, ou de se procurer un support pour ordinateur portable et de bien écarter les jambes. Mais messieurs, cela ne donnera un répit à vos testicules que de 20 minutes, avant que leur température n'augmente à un niveau néfaste à la santé de votre sperme, selon le directeur de l'étude, l'urologue Yefim Sheynkin de l'Université new-yorkaise de Stony Brook.
"Nos données laissent penser que l'utilisation d'un ordinateur connecté sans fil à internet et placé près des organes reproducteurs masculins pourrait affecter la qualité du sperme", conclut avec prudence le Dr Conrado Avendano, principal auteur de cette étude. "Nous ne savons pas si cet effet s'observe avec tous les types de portables connectés ni quelles conditions d'utilisation peuvent l'accentuer."
Il appelle donc à mettre en place des études complémentaires pour confirmer ou infirmer ces travaux préliminaires. Il se pourrait en effet qu'en condition d'utilisation normale, l'éloignement naturel entre l'antenne Wi-Fi et les testicules atténue le phénomène. D'autre part, les effets observés ex vivo peuvent être grandement amplifiés. Les vêtements comme les tissus qui entourent les testicules constituent peut-être des barrières efficaces aux ondes relativement peu puissantes du Wi-Fi.
En attendant confirmation, il reste plus prudent d'éviter d'utiliser son ordinateur sur ses genoux, et ce qu'il soit connecté ou non. De précédentes études ont en effet montré sans ambiguïté que cet usage induisait une augmentation de la température au niveau des testicules. Or toute situation d'hyperthermie scrotale est nuisible à la bonne santé des spermatozoïdes.


RETOUR PAGE PRECEDENTE







   




Archives 1
SERVICES

 

 height=

La bonne cuisine toulousaine et occitane



Copyright © 2012. Tous droits réservés.
Entièrement réalisé par Josyane JOYCE
www.josyanejoyce.com
www.biotine-sep.com
www.nos18ansenmai68.com
www.tradi-cuisine.com
www.editions-josyanejoyce.com
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
www.joyce-voyance.com
www.joyce-reves.com
www.legende-des-siecles.com