L'électricité dans tous ses états

Est-il dangereux de vivre sous une ligne à haute tension?

Nos câbles électriques, nos prises de courant véhiculent-elles des champs électromagnétiques?



Traduire cette page :  de  



Conseils aux professionnels Entreprises


ATTENTION AUX ARNAQUES



75% des Européens considèrent que les lignes à haute tension (THT) peuvent affecter leur santé selon un Eurobaromètre publié en 2007. Ce chiffre peut paraître excessif au regard des conclusions du sénateur Daniel Raoul, à l'origine d'un rapport présenté jeudi sur l'impact des champs électriques et magnétiques sur la santé et l'environnement. "Le risque est faible", écrit l'élu, "il n'y probablement pas de risque mais il n'y a pas de fait scientifique pour l'étayer indiscutablement."
C'est là où le bât blesse. Car si aucun lien de causalité n'a été établi, quelques cas de leucémies sont en effet recensés chaque année chez les enfants fortement exposés aux champs électromagnétiques. Rien de très alarmant toutefois : 2 à 12 cas seulement leur seraient imputables chaque année. Pour l'auteur du rapport, la priorité est donc d'empêcher "l'augmentation du nombre d'enfants surexposés".
L'une des recommandations est donc "d'éviter de nouvelles constructions de lieux dans lesquels vivent les très jeunes enfants tout au long de l'année (domicile, crèche école maternelle...)". Sans préciser de mesures concrètes pour y parvenir, le sénateur écarte la proposition de l'Afsset d'instaurer obligatoirement une zone vierge de toute construction de part et d'autre des lignes THT. Il souhaite en revanche que l'organisme se mobilise pour produire une nouvelle étude dans cinq ans sur le risque de leucémie.
Les conducteurs de train également concernés
Autre sujet d'importance: la prise en compte d'une "relation potentielle" entre la maladie d'Alzheimer et les champs électromagnétiques. Le personnel de la SNCF devrait, selon le sénateur, faire l'objet d'une étude épidémiologique. Des travaux effectués en 2006 par l'Université de Berne montraient que la probabilité pour les conducteurs de train de contracter la maladie d'Alzheimer était trois fois plus élevée.
Si trente années de travaux internationaux n'ont pas permis à la science de tirer de conclusions définitives, il semble temps, pour Daniel Raoul, d'opérer un virage dans la façon dont les études sont financées en France. L'Etat doit selon lui "se réengager dans le financement de la recherche sur l'impact des lignes à haute tension. Il y a un problème de crédibilité si RTE (filiale d'EDF, ndlr) finance les recherches". Le financement par le biais d'appels d'offre émis par l'Afsset serait une alternative.
Enfin, il est question de recenser de nouveau le nombre de personnes dont le taux d'exposition continu aux champs électromagnétiques est supérieur au seuil toléré. Une étude de RTE montre que 375 000 personnes seraient concernées en France. Mais le chiffre avait été obtenu grâce à une extrapolation limitée au département de la Côte d'Or, " ce qui ne suffit pas pour avoir une vue sur l'ensemble du territoire ", a-t-il conclu.


L'OMS se penche sur les impacts de l'électromagnétisme


Les inquiétudes persistent quant aux dangers potentiels pour la santé liés au fait d'habiter à proximité de lignes électriques à haute tension. L'OMS se penche sur les impacts de l'électromagnétisme  Pour la première fois, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande la précaution pour réduire l'exposition aux champs électromagnétiques (CEM).
"En plus des effets aigus bien documentés, il existe certaines incertitudes quant à l'existence d'effets chroniques, à cause des preuves limitées d'un lien entre l'exposition aux champs magnétiques d'extrêmement basses fréquences et la leucémie infantile", peut-on lire dans un récent rapport (en anglais seulement) de l'OMS qui conclut que: "par conséquent, une approche basée sur la précaution est justifiée."
L'OMS propose, notamment, d'effectuer de nouvelles études pour caractériser l'exposition du public aux CEM. On voudrait aussi vérifier l'impact de cette pollution sur l'immunité et sur les liens possibles avec les fausses couches et diverses maladies, dont le cancer et l'Alzheimer.
En mai, la prestigieuse revue médicale britannique The Lancet accusait l'OMS d'écarter des preuves scientifiques en élaborant ses lignes directrices visant à protéger la santé publique. C'est le cas notamment des CEM, estime le Dr David O. Carpenter, professeur de toxicologie à l'Université d'Albany (New York). Au début des années 1980, ce médecin avait dirigé différentes études sur les CEM pour le gouvernement de cet état. "Les industries de l'électricité et des télécommunications sont tellement puissantes, a-t-il expliqué en entrevue, qu'elles ont infiltré le domaine de la science. Elles sont même devenues les principales porte-paroles sur la question des CEM auprès des gouvernements et du public. Il y a des conflits d'intérêts dans ce domaine." L'ancien directeur du programme de l'OMS sur les CEM, Mike Repacholi, a notamment été critiqué pour avoir été et pour être redevenu un consultant pour ces industries.
L'OMS sous-estime grandement l'impact des CEM, selon le Dr Carpenter qui considère que ces polluants sont impliqués dans l'apparition d'un cancer infantile sur trois. " L'OMS ne tient compte que des champs magnétiques émis par les lignes à haute tension. L'organisme ignore les CEM qui sont émis par les électroménagers, les radiofréquences produites par les antennes et les appareils sans fil, et les autres sources non résidentielles d'exposition aux CEM, comme les bureaux et les écoles".
Mises en garde
Entre temps, les mises en garde ne cessent de s'accumuler: des députés britanniques proposent d'interdire la construction de maisons à moins de 60 mètres de lignes à haute tension; l'Allemagne déconseille l'installation de réseaux informatiques sans fil à domicile; les députés français font consensus pour interdire les cellulaires dans les écoles; les antennes émettrices d'ondes AM viennent d'être associées à la leucémie infantile et les champs électriques à l'asthme; et une récente étude australienne a conclu que le risque de cancer quintuple chez les gens qui ont vécu les cinq premières années de leur vie à moins de 300 mètres de lignes à haute tension.

Prudence avec les câbles électriques chauffants


Dans le Guide d'équipement mécanique de la SCHL, on recommande la prudence avec les câbles électriques chauffants. Certains d'entre eux exposent les gens à des champs magnétiques de 60 Hertz. Une exposition prolongée à ces champs est fortement soupçonnée d'être une des causes de la leucémie infantile (bioinitiative.org et volume 80 sur monographs.iarc.fr).
Selon une étude médicale (Canada) (ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10389746), chez les garçons de moins de 6 ans, le risque d'être atteint de ce cancer du sang doublait à partir d'une dose de magnétisme de seulement 1,4 milligauss (ou 0,14 microtesla). Or, certains planchers radiants électriques d'ancienne génération émettent un champ de plus de 75 milligauss au niveau du sol. Aujourd'hui, plusieurs fabricants offrent des systèmes de planchers (easyheat.com; flextherm.com; stelpro.com) et de plafonds (thermaray.com) radiants électriques conçus pour ne pas exposer les gens à des champs magnétiques de 60 Hertz.
On retrouve également plusieurs autres sources de champs magnétiques élevés dans et autour des habitations.
Parmi les principales: les lignes de distribution électrique de quartier et leurs transformateurs, le téléviseur, le panneau électrique principal et la mise à la terre de l'entrée électrique lorsqu'elle est faite sur une entrée d'eau métallique plutôt qu'avec des tiges métalliques enfouies.
Il est vrai que les effets sur la santé sont encore controversés : les bonnes études indépendantes sont rares. C'est que les fonds de recherche proviennent surtout des industries de l'électricité et de l'électronique qui n'ont pas intérêt à ce qu'on prouve leur nocivité. Or, l'Union européenne vient d'adhérer aux conclusions des experts indépendants qui ont signé le fameux rapport Bioinitiative.org : les normes d'exposition internationales doivent être révisées, car elles sont si laxistes qu'elles mettent la santé du public en péril.
D'autant plus que les sources d'électromagnétisme sont de plus en plus nombreuses et ne sont pas contrôlées. À cet égard, dès l'an 2000, un double candidat au prix Nobel de la médecine et expert en la matière, le Dr Robert O. Becker, affirmait : "il ne fait aucun doute dans mon esprit, aujourd'hui, le plus grand élément polluant dans l'environnement terrestre est la prolifération des champs électromagnétiques." (energyfields.org)
Si bien qu'un nombre croissant de personnes, à force d'être exposées, finissent par être atteintes d'électro-hypersensibilité (EHS, lire à ce sujet le site suédois bilingue feb.se). Certaines personnes réagissent même aux faibles ondes radio transmises par les réseaux informatiques locaux dits Wi-Fi ou Ethernet sans fil. Il est donc prudent de réduire le plus possible son exposition, particulièrement en limitant son usage sinon en se passant carrément des téléphones cellulaires et des téléphones sans fil conventionnels. En effet, des études indépendantes ont lié l'exposition prolongée aux hautes fréquences qu'ils émettent à des symptômes d'EHS et à des cancers.
Exposition résidentielle
Dans les maisons, l'intensité de la plupart des champs électriques, magnétiques ou des radiofréquences et micro-ondes tombent à zéro à une distance d'un à deux mètres des câbles ou appareils électriques qui les émettent. Parmi les exceptions : le téléphone sans fil digital de type DECT est doté d'une base qui émet des radiofréquences partout dans la maison et en permanence tant qu'elle est branchée.
À l'extérieur, les distances sécuritaires varient d'une source à l'autre. Par exemple, selon les médecins Suzanne et Pierre Déoux, pionniers français de la santé environnementale, il serait prudent de vivre à au moins 250 mètres (820 pieds) d'une ligne à haute tension de 400 000 volts (400 kilovolts ou kV), à 150 m (492 pieds) d'une ligne de 225 kV et à 100 m (328 pieds) des lignes de 90 et 63 Kv.
Au Québec la tension de nos lignes de transport est de 120, 315 ou 735 kV, il faut donc extrapoler. Auteurs du Guide de l'habitat sain (medieco.info), les docteurs Déoux recommandent aussi de se tenir à au moins 5 à 10 m (de 16 à 32 pieds) des transformateurs et à 40 m (131 pieds) des lignes de distribution locale de 20 kV.*
Les marges de sécurité peuvent varier entre 100 m (328 pieds) et 3 km (1,86 mille), notamment selon des facteurs comme les vents dominants et l'orientation des faisceaux de radiofréquences.


Cliquez pour agrandir l'image

Lignes haute-tension

Un rapport parlementaire se veut prudent sans être alarmiste. Son auteur, le sénateur PS Daniel Raoul, souhaite éviter que les enfants vivent à proximité des lignes à haute tension.
75% des Européens considèrent que les lignes à haute tension (THT) peuvent affecter leur santé selon un Eurobaromètre publié en 2007. Ce chiffre peut paraître excessif au regard des conclusions du sénateur socialiste Daniel Raoul, à l'origine d'un rapport présenté jeudi sur l'impact des champs électriques et magnétiques sur la santé et l'environnement. "Le risque est faible", écrit l'élu, "il n'y probablement pas de risque mais il n'y a pas de fait scientifique pour l'étayer indiscutablement."
C'est là où le bât blesse. Car si aucun lien de causalité n'a été établi, quelques cas de leucémies sont en effet recensés chaque année chez les enfants fortement exposés aux champs électromagnétiques. Rien de très alarmant toutefois : 2 à 12 cas seulement leur seraient imputables chaque année. Pour l'auteur du rapport, la priorité est donc d'empêcher "l'augmentation du nombre d'enfants surexposés".
L'une des recommandations est donc "d'éviter de nouvelles constructions de lieux dans lesquels vivent les très jeunes enfants tout au long de l'année (domicile, crèche école maternelle...)". Sans préciser de mesures concrètes pour y parvenir, le sénateur écarte la proposition de l'Afsset d'instaurer obligatoirement une zone vierge de toute construction de part et d'autre des lignes THT. Il souhaite en revanche que l'organisme se mobilise pour produire une nouvelle étude dans cinq ans sur le risque de leucémie.
Les conducteurs de train également concernés
Autre sujet d'importance : la prise en compte d'une " relation potentielle " entre la maladie d'Alzheimer et les champs électromagnétiques. Le personnel de la SNCF devrait, selon le sénateur, faire l'objet d'une étude épidémiologique. Des travaux effectués en 2006 par l'Université de Berne montraient que la probabilité pour les conducteurs de train de contracter la maladie d'Alzheimer était trois fois plus élevée.
Si trente années de travaux internationaux n'ont pas permis à la science de tirer de conclusions définitives, il semble temps, pour Daniel Raoul, d'opérer un virage dans la façon dont les études sont financées en France. L'Etat doit selon lui "se réengager dans le financement de la recherche sur l'impact des lignes à haute tension. Il y a un problème de crédibilité si RTE (filiale d'EDF, ndlr) finance les recherches". Le financement par le biais d'appels d'offre émis par l'Afsset serait une alternative.
Enfin, il est question de recenser de nouveau le nombre de personnes dont le taux d'exposition continu aux champs électromagnétiques est supérieur au seuil toléré. Une étude de RTE montre que 375 000 personnes seraient concernées en France. Mais le chiffre avait été obtenu grâce à une extrapolation limitée au département de la Côte d'Or, "ce qui ne suffit pas pour avoir une vue sur l'ensemble du territoire ", a-t-il conclu.


Poisons électriques en cuisine


Astuces pour se protéger

Regardez ici ASTUCES


Poisons en cuisine



Enseignement de la Voyance et du Tarot de Marseille

 






Enseignement de la Voyance et du Tarot de Marseille

 



Géant: de l'électricité gratuite!


En cliquant sur le lien, vous allez sur Youtube


Les plaques à induction sont-elles sans risque?

plaques induction
Les plaques à induction émettent des champs magnétiques de moyennes fréquences (20 à 100 Hz). Plusieurs études ont montré qu'il est possible que ces derniers aient un impact sur les pacemakers.
Attention à utiliser une casserole ou un plat adaptés et à vous tenir à au moins 10 ou 15 cm des plaques!
Si vraiment vous ne voulez pas vous débarrasser de votre cuisinière neuve, posez très proche un sansevieria qui dépollue l'électromagnétisme



A SUIVRE: Entreprises



   





Electricité








































Copyright © 2012. Tous droits réservés.
Entièrement réalisé par Josyane JOYCE
www.josyanejoyce.com
www.biotine-sep.com
www.nos18ansenmai68.com
www.tradi-cuisine.com
www.editions-josyanejoyce.com
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
www.joyce-voyance.com
www.joyce-reves.com
www.legende-des-siecles.com